Inquiets, les salariés du casino d’Enghien interpellent la ministre du Travail

0 Par Elena V.
Inquiets, les salariés du casino d’Enghien interpellent la ministre du Travail

Après deux mois de confinement, les casinos se préparent à rouvrir le plus rapidement possible. L’unique casino d’Île-de-France, celui d’Enghien, compte évidemment parmi eux. Cependant, la direction doit faire face au mécontentement des salariés. Les représentants syndicaux qui se sentent ignorés ont récemment écrit à la ministre du Travail pour lui faire part de leurs inquiétudes.

Une crise qui pèse sur les salariés précaires

Le casino d’Enghien emploie habituellement 600 salariés et reçoit entre 2 000 et 3 500 visiteurs par jour. Pour la direction, les affaires marchent et le produit brut des jeux du premier casino de France s’élève à plus de 160 millions d’euros par an. Pourtant, les dirigeants du casino d’Enghien et du groupe Barrière ont refusé de compenser leurs salariés au chômage partiel au-delà des 70 % fournis par le gouvernement.

Une situation inacceptable pour les représentants syndicaux. Selon eux, cela revient à faire peser sur les plus précaires, ceux-là mêmes qui font tourner le casino, les conséquences de la crise sanitaire. Une situation malheureusement répandue puisque dans tous les secteurs, les employés les plus précaires ont été nombreux à se tourner vers un prêt pour interdit bancaire afin de faire face à la crise.

Des inquiétudes pour la fin du confinement

Inutile de préciser que la direction du groupe Barrière et celle du casino d’Enghien sont extrêmement pressées de rouvrir les portes de tous leurs établissements, notamment celles du premier casino de France. Les syndicats, de leur côté, sont beaucoup plus réservés sur la question et expriment des craintes légitimes.

Après avoir dû faire face au chômage partiel sans le soutien de la direction, les employés craignent que la mise en place de mesure sanitaire soit difficile. Il en va pourtant de leur sécurité et ils gardent un très mauvais souvenir des quelques semaines qui ont précédé le confinement. Selon eux, la direction du casino n’avait pas été à la hauteur de l’enjeu sanitaire.

Une lettre pour limiter la pression sur les employés

Si les syndicats ont envoyé une lettre à la ministre du Travail, c’est parce qu’ils craignent la mise en place des mesures classiques en cas de crise économique. Pour faire des économies et compenser les pertes de ces deux derniers mois, ils craignent que la direction n’accentue la pression sur les travailleurs les plus précaires, notamment en réduisant les effectifs.

La réduction des effectifs pourrait même être justifiée par les nouvelles nécessités sanitaires. Les syndicalistes réclament plutôt davantage de moyens pour protéger les travailleurs. La direction du casino d’Enghien n’a pour le moment pas tenu à commenter la situation et s’est contentée de préciser qu’elle se concentrait sur la réouverture et la mise en place de mesures d’hygiène inédites.